samedi 11 septembre 2010

Exposition internationale de Charleroi en 1911 - 2ème partie

...
Voici à nouveau le plan, avec quelques additions. Certaines parties restes assez floues. Je pense qu'il y a dû y avoir des aménagements ou des transformations, que j'espère pouvoir préciser et expliciter à la fin de l'article.



Ci-dessous, retrouvez la suite de la promenade dans le Parc de l'Exposition de Charleroi 1911 :

En quittant le village japonais et en remontant le grand boulevard, nous découvrons à notre droite un vallon alpestre planté de bouquets d'arbres et sillonné de gracieux sentiers (13). Une cascade ménagée sur l'un des versants vient jeter son eau cristalline dans un petit étang creusé au fond du vallon, dont les deux parois sont reliées par un pont rustique. Un sentier permet l'accès de l'étang en passant à gué au centre de la cascade et revient ensuite au sommet du ravin en passant sous le pont.

Cascade dans le jardin – Exposition internationale Charleroi 1911

A notre gauche, tout le long du boulevard, sont échelonnés diverses installations dont les plus importantes sont le Pavillon des Nations et le Pavillon Brésilien (que je n'ai pas encore réussi à identifier et placer précisément sur le plan).

Un peu plus loin, nous arrivons à un rond-point légèrement surélevé au centre duquel est installé un kiosque et d'où l'on peut embrasser d'un coup d'oeil le magnifique Parc de l'Exposition, aménagé par l'architecte Duquenne, au pied du terril des Charbonnages Réunis. C'est un ravissant jardin étagé, créé dans le style français, un véritable Eden de verdure et de fleurs, parsemé d'arbres, devenu déjà le coin préféré des visiteurs pour la promenade et le repos.

Le boulevard, en quittant le rond-point, bifurque. D'un côté, il va contourner le Parc, en longeant le terril auquel sont adossés quelques établissements, notamment celui de la firme Dandois (14), qui en possède d'ailleurs un autre quelques mètres plus loin, devant le Palais des Fêtes, et un troisième à la Plaine des Attractions. Dans cette direction, il conduit au Pavillon des Eaux et Forêts (15) (emplacement à vérifier), dont on ne doit pas manquer de faire une visite attentive.  

Pavillon des Eaux et Forêts – Exposition internationale Charleroi 1911

Dans l'autre direction, celle que nous suivons, il nous amène tout de suite devant le vaste Palais des Fêtes (10), édifié près de l'entrée située à l'extrémité du boulevard Joseph II.
Ce monument, dont les plans sont dus à M. J. Hasse, architecte-directeur de l'Exposition, est conçu en style Louis XVI et a une allure imposante. Ses dimensions extérieures sont relativement considérables : 70 mètres sur 50. La grande salle intérieure a 50 mètres de longueur et 25 mètres de largeur. Il est facile d'y caser 1 800 à 2 000 personnes assises, et 4 000 personnes peuvent aisément s'y tenir debout. Le fronton de la façade ne se trouve pas à moins de 20 mètres de hauteur. Le péristyle, qui se développe sur toute la longueur de la façade, est d'un effet particulièrement gracieux.

Salle des Fêtes – Exposition internationale Charleroi 1911

Continuant notre chemin, de nouvelles installations isolées nous attirent, la plupart, très importantes, comme le Pavillon de la Collectivité des Brasseurs (16), le restaurant Warrand, le Pavillon Henvaux-Preud'homme.

Brasserie Wallonne – Exposition internationale Charleroi 1911

Restaurant Warrand – Exposition internationale Charleroi 1911

Mais déjà nous longeons les galeries de l'aile droite de la façade monumentale, nous approchons d'instant en instant de l'entrée principale, à l'avenue de Watterloo. Notre attention est cependant retenue successivement par le Pavillon du Syndicat des Biscuiteries Victoria-De Beukelaer-Parein, celui de la collectivité des Patrons Boulangers et ceux des firmes Mops et Delhaize frères, Le Lion. En cet endroit se trouve également l'aubette principale de la maison Préaux, de Ghlin-les-Mons, qui a entrepris la vente de cartes-vues à l'intérieur de l'exposition.

Pavillons des Patrons Boulangers et de la Firme Mops – Exposition internationale Charleroi 1911

à suivre...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire