mardi 1 avril 2014

Expo'67 - Maquettes... photos de Presse !

En faisant un peu de rangement, j'ai remis la main sur ces 3 photos de presse, qui présentent des maquettes de ce que sera la future Expo'67.
Hélas, ces photos ne sont pas datées, mais on sait au moins, qu'elles ont été faites avant l'Exposition universelle de Montréal en 1967. On ne connaît pas non plus le nom du journal où furent publiés ces clichés.

Pour commencer, la maquette du Pavillon de la France... le texte de l'article qui devait être collé au verso a malheureusement disparu...


Ce pavillon de la France fait partie des rares bâtiments d'Expo'67 a avoir été conservé, c'est aujourd'hui le Casino de Montréal, situé sur l'Île Notre-Dame. Ci-dessous, le pavillon de la France pendant l'exposition :



On a un peu plus de chance avec la photo de presse suivante, le texte de l'article étant encore présent au verso de la photo.
Un artiste à conçu de cette manière "La Ronde", le secteur où se trouvera le parc d'attraction de l'Expo'67. Des bateaux mûs par des roues à aubes transporteront les visiteurs à travers l'étang.
A gauche, on peut voir le terminus du réseau de transport en commun. Le port de plaisance (à droite) pourra abriter bateaux et embarcations arrivant à l'Expo par la voie maritime du Saint-Laurent. A droite du port de plaisance, sera érigée la Tour Paris-Montréal, haute de 1,065 pieds. Elle commémorera la fondation de Montréal en 1642 par les membres d'une expédition partie de Paris.
(hélas, cette tour Paris-Montréal ne verra pas le jour !)

Ci-dessous, une photo de La Ronde, le Parc d'Amusement, pendant l'Exposition :


Le dernier cliché concerne un moyen de locomotion... le fameux Expo-Express, le réseau principal de transport entre les différents lieux de l'Expo.
Transport Gratuit et Rapide sur l'Emplacement de l'Exposition
Les visiteurs de l'Exposition universelle de 1967 pourront se déplacer gratuitement, de façon rapide, et aussi fréquemment qu'ils le désireront, entre les différents secteurs de l'Expo. Ils le feront à bord d'un "Expo-Express", commode, attrayant, mû par électricité et construit au Canada. "Expo-Express" constitue le plus important d'un système complexe de transport rapide prévu pour l'Exposition, et qui sera le plus moderne de son genre au monde.


"Expo-Express"... en action :


jeudi 27 février 2014

SUEZ à l'Exposition de Turin ? ou pas...


L'histoire commence avec cette photographie qui m'intrigue. Une tête de Sphinx béante qui accueille des visiteurs, entre autres, on peut lire "SUEZ" sur le pavillon, je reconnais en arrière plan la Place du Château de Turin... et une légende m'indique qu'il s'agit de Torino 1902.

Pavillon de l'Isthme de Suez - Expo 1867 Paris
A noter qu'en 1902 à Turin a lieu la Première Exposition des Arts décoratifs Modernes, donc, il n'est pas incongru de rencontrer un pavillon de "Suez" dans une Expositions, "La Compagnie de Suez" ayant déjà participé à de nombreuses reprises à ces grands événements.
Mais une question se pose, pourquoi ce pavillon a-t-il été installé en plein centre ville, et non pas au bord du Pô sur le site même de l'Exposition ? D'autant qu'après consultation du plan de l'Expo, il ne semblait pas insurmontable d'y placer cet édifice temporaire.
Pavillon de la Compagnie de Suez - Expo 1889 Paris

Après avoir étudié en détail les différents guides de l'Exposition de 1902 à Turin, aucune trace d'un quelconque pavillon estampillé "Suez"... il faut donc se rendre à l'évidence, il n'y a peut être aucun rapport entre ce pavillon et une Exposition turinoise. Solution de facilité, on peut aussi rapprocher ce pavillon de la présence à Turin d'un incontournable musée d'Egyptologie, distant d'à peine 200 mètres de la place ! Mais ce n'est pas encore çà.
Un dernier point me dérange également, cette photographie a l'air bien antérieure à 1902.

Après quelques recherches complémentaires, voici le résultat, certainement très incomplet, mais qui nous offre une explication rationnelle :

Casimiro Teja - Inaugration du 17 septembre 1871
Turin avait été choisi comme étant la ville idéale pour célébrer la jonction du tunnel ferroviaire du Fréjus, reliant Modane (France) à Bardonecio (Italie).
Cette jonction a eu lieu le 25 décembre 1870. Lors de l'inauguration officielle (17 au 19 septembre 1871), un convoi circula de Turin à Modane, avec Ferdinand de Lesseps à son bord (Premier train Paris-Rome octobre 1871).
Ce tunnel représente alors un déplacement notable des routes commerciales nord-sud, de Fréjus à Gênes, Brindisi et Suez. Une nouvelle route s'ouvre donc de Londres aux Indes orientales.

Le pavillon "Bogorama" a été érigé sur la Piazza Castello de Turin, à l'arrière du Palais Madame, à l'occasion du Carnaval de 1870.
La façade, haute de 10 mètres représente une tête de sphinx et comporte l'inscription "Bardoneccio-Suez-Bogorama".
A l'intérieur se trouve un immense panorama de paysages, sur 120 mètres de long et 3 mètres de haut.
On y voyait représenté des points de vues variés et délicieux, allant des Alpes au Caire, puis la rive gauche du Nil jusqu'aux ruines du temple de Thèbes.

C'est Casimiro Teja (caricaturiste piémontais 1830-1897), qui est à l'origine de ce projet de panorama, après le retour d'Egypte des peintres Francesco et Enrico Gamba, Cerutti, Perotti, Barucco, Pastoris et les membres du "Cercle des Artistes" et le "Chevalier de Bogo", Tommas Juglaris.

Ce panorama semble avoir été ensuite emmené à Paris pour y être exposé, mais a périt dans un incendie lors des émeutes de la Commune.

Pour le moment, aucune indication précise quant à la période où a été installé ce pavillon, ni sur la durée. On peut juste imaginer que l'érection est antérieure à la jonction du 27 décembre 1870, certainement entre le 26 février et le 1er avril 1870, à la mi-carême.

Entrée du Tunnel Ferroviaire du Fréjus - Côté français.
Entrée du Tunnel Ferroviaire du Fréjus - Côté italien.
...à suivre !

mardi 25 février 2014

L'Exposition universelle de 1867 à Paris... dans le Journal Amusant

En 1867, comme on peut très bien l'imaginer, le sujet qui est sur toutes les bouches, c'est la seconde Exposition universelle à Paris... et bien sûr, tous les journaux se font l'écho de cet événement à venir, les organes satiriques également.

Nous connaissons tous l'immense palais principal du Champ de Mars, conçu par l'ingénieur Jean-Baptiste Krantz, de forme elliptique, un monstre métallique de 325 mètres sur 110 ! Comme on aime à le faire en France, un surnom a très vite été trouvé à cet incroyable et immense hall de gare... qui est devenu très vite le "Palais Omnibus" !

Le Journal Amusant (journal illustré satirique créé en 1853), suit de manière hebdomadaire l'avancée des travaux et des installations au Champ de Mars. Le numéro 585 du 16 mars 1867, sous le crayon de l'illustrateur Bertall, nous offre une vision toute nouvelle de ce Palais Omnibus... qu'il gratifie d'un nouveau surnom, auquel je l'avoue, je n'aurais jamais pensé.
Ce surnom fait principalement référence à la forme générale de l'édifice, qu'il compare a une immense poêle à frire ! en couverture du journal.
Au centre de cette poêle, des richesses y sont déversées, certainement un rappel, comme s'il en était besoin, des coûts faramineux que représente la mise en oeuvre d'un tel événement.
Sur le pourtour de la poêle, des sacs de monnaies étrangères nous rappellent les nations invitées et participantes. C'est aussi les gains et devises apportés, par les exposants... et les visiteurs.

Quant aux deux soudards à la base de l'illustration, il semble un peu moins aisé d'en interpréter le sens. Le personnage de droite, porte l'inscription "Club international de MM. les Viveurs et Godailleurs". Cela fait certainement référence à la période festive de l'exposition, et d'éventuels débordements.
Et pour le personnage de gauche, du "Club International de MM. les Tueurs"... il s'agit certainement des exactions qui pourraient être commises lors de l'Exposition, par des bandits attirés par cette manne de riches visiteurs, français et étrangers, car effectivement, les pick-pockets afflueront !


Louons sans aucune réserve la commission d'avoir donné au bâtiment en tôle de l'Exposition universelle l'aspect d'une gigantesque poêle à frire. Heureuse idée pour indiquer que là se concentreront toutes les recettes les plus variées de la cuisine sociale.

Terminons quand même cet article avec une "vraie" photographie du grand Palais de l'Exposition de 1867... Album Léon&Levy.



mercredi 19 février 2014

Expo France 2025 - Auditions de la mission parlementaire, avec Vicente Gonzalez Loscertales, secrétaire général du BIE

Suite de la passionnante saga des Expos... présentées et expliquées auprès de la mission parlementaire Expo France 2025...
qui reçoit cette fois-ci le Secrétaire général du Bureau International des Expositions, M. Gonzalez Loscertales.



M. Vicente Gonzalez Loscertales, Secrétaire général du BIE.
Le secrétaire général semble rassurant quant au projet français, et prodigue ses conseils et ses explications... de manière très diplomatique.

Il connait bien son affaire, et il connait surtout très bien les Expos !

Le projet actuel n'a pas que des points positifs mais peut cependant acquérir une vraie légitimité, moyennant de forts ajustements.

Le dossier final aura intérêt à être bien bordé pour que ne resurgissent pas les points faibles, qui pourraient, le cas échéant, être exploités par les autres concurrents !

Comme lors de la précédente cession, M. Gonzalez Loscertales déconseille fortement cette idée d'exposition éclatée dans le Grand Paris.
M. Fromantin, bien conscient que Expo France 2025 doit avant tout proposer une vraie "expérience" aux visiteurs, n'en demeure pas moins fidèle à ses premières idées... réutiliser et revisiter les anciens site parisiens des Expos... en espérant qu'ils ne seront pas trop éloignés du cœur de l'événement !


Pour la petite histoire, nous excuserons Yves Albarello (député 77), qui nous gratifie d'un petit retour historique, et nous rappelle que la première Exposition universelle de 1900 à Paris, a vu la construction de la Tour Eiffel... ;-)

Expo France 2025 - Auditions de la mission parlementaire, avec Bernard Testu, Jean-Pierre Lafon et Pascal Rogard

Intéressante réunion d'information sur le projet Expo France 2025, sous la présidence de Jean-Christophe Fromantin, qui reçoit M. Bernard TESTU, ancien vice-président du BIE; SEM Jean-Pierre LAFON, président honoraire du BIE et M. Pascal ROGARD, chef de la délégation française auprès du BIE.




Des interventions aussi enrichissantes que passionnantes !

Jean-Christophe Fromantin, maire de Neuilly-sur-Seine.
Les précisions techniques de Bernard Testu ont été certainement très utiles aux personnes de la commission, au même titre qu'aux porteurs du projets.
Même s'il n'a pas été trop "méchant", quant à cette proposition d'éclatement du site, cet aspect négatif a été confirmé par Jean-Pierre Lafon et Pascal Rogard.
C'est d'ailleurs un point sur lequel j'avais déjà eu l'occasion de parler avec le président honoraire du BIE... un avis que nous partageons depuis le début de ce projet, mais pour lequel Expo France 2025 avait l'air de douter, ou de vouloir passer outre.
J'espère que cette fois-ci, ce point plus que problématique sera complètement intégré !

M. Bernard TESTU, ancien vice-président du BIE
Certes, les exemples dans les précédentes expositions sont assez rares, mais tous ce sont révélés assez catastrophiques. A Shanghai, il suffisait pourtant de "seulement" traverser le fleuve, malgré la proximité, la zone de Puxi a eu une fréquentation assez ridicule face à l'autre rive.

Et même si les intervenants se sont voulus assez consensuels, il faut bien imaginer que si le projet reste en l'état, ça serait éliminer la France de toute chance de voir sa candidature soutenue et "votée" par les pays membres du BIE... même si ça ne va pas complètement dans le sens du projet "Grand Paris" imaginé par M. Fromantin.

Si Bernard Testut reste assez vague concernant le lobbying, ce que l'on peut comprendre, il reste bien évident d'une importance cruciale dans le choix du pays organisateur d'une Exposition universelle. Il ne faut pas confondre bien sûr lobbying et "pot de vin", même si, cela peut arriver, comme dans tout type d'élection de ce genre, mais cela reste marginal. Il faut plutôt se focaliser sur le travail diplomatique, les échanges économiques et scientifiques, et facteur à ne pas négliger, la géopolitique.

Jean-Pierre Lafon, Président d'honneur du BIE
Comme me l'a répété un bon ami (ancien président du BIE, que je ne citerai pas), tout n'est qu'une affaire de bon sens. Si l'on recherche des solutions innovantes, mais par trop alambiquées, on va au casse-pipe !
Il faut rester dans la logique "Expo"... suivre les règles édictées par le BIE, basées sur la connaissance et l'expérience des Expos... et bien sûr, à partir de cela, ne pas hésiter à venir y greffer de bonnes idées, innovantes, originales, mais en gardant le noyau viable, et propre aux Expositions, celui qui sera à même de crédibiliser le projet, et de rassurer les futurs participants.

Jean-Pierre Lafon l'a explicité à plusieurs reprises, une Expo éclatée aboutirait à un projet trop "complexe" (transports, coûts, etc.).

Pascal ROGARD, chef de la délégation française auprès du BIE
Pascal Rogard nous a ramené à des considérations un peu plus pragmatiques, quant aux coûts de l'organisation d'une Exposition universelle. Même si une exposition est un formidable catalyseur, la France a-t-elle les moyens de cette ambition ?
Plus que l'organisation elle-même, qui pourrait "pratiquement" s'autofinancée, la candidature quant à elle pourrait être un trou sans fond, pour concurrencer d'éventuelles autres candidatures.

Pour obtenir les voies des membres du BIE, il faut pouvoir apporter la meilleure attractivité de projet, donner envie d'être choisie, faire rêver, etc... et cela à un coût exorbitant, comme on a pu le constater avec les dernières candidatures, que ce soit pour Expo 2017 avec Astana, ou Expo 2020 avec Dubaï (et Ekaterinbourg), où la surenchère a été de mise pour ces riches candidatures.

vendredi 17 janvier 2014

Le Village Suisse de l'Exposition de 1896 à Genève

C'est l'Exposition universelle de 1867 à Paris qui a lancé la mode des pavillons des nations, des pavillons des marques et de toutes sortes de pavillons exotiques à même de dépayser les visiteurs au sein d'un parc paysagé, aussi ludique qu'agréable. Développement presqu'évident, on se mit également à reconstituer des villes ou des quartiers anciens, comme le Borgo Medievale à l'Exposition de 1884 à Turin, ou la Bastille et le Quartier Saint-Antoine à l'Exposition universelle de 1889 à Paris.

Les Suisses, avec leurs Exposition nationales et internationales n'ont pas été en reste... et ce sont spécialisés bien évidemment dans les reconstitutions de "Villages Suisses", toujours accompagnés de leurs belles montagnes factices.

On connaît bien le Village Suisse de l'Exposition universelle de Paris en 1900, qui à donner son nom au quartier actuel près du Champ de Mars.
Quelques années plus tôt, on trouvait un Village Suisse du même type à l'Exposition de 1896 à Genève... qui a dû servir de référence à celui de 1900, tant les similitudes sont nombreuses. Bien sûr, on serait tenté de dire "qu'est-ce qui ressemble plus à un village suisse qu'un autre village suisse ?".

C'est donc de ce Village Suisse "En Suisse" dont il va être question... en route pour Genève 1896, et pour commencer, la chronologie...

Construction de la montagne.
Revêtement de la montagne.


Création et Exploitation du Village Suisse :

11 janvier 1896 - Rapport préliminaire sur la création d'un Village Suisse dans l'enceinte de l'Exposition, présenté  par Ch. Haccius au Comité central.

1er février 1896 - Acceptation par le Comité central de l'Exposition du projet de construction du Village Suisse et de la responsabilité de cette entreprise. Nomination de la Commission exécutive chargée de la réalisation de ce programme.

7 février 1895 - Séance constitutive de la Commission du Village Suisse. Répartition des fonctions.

12 février 1895 - Nomination du Directeur du Village Suisse en la personne de M. Charles Henneberg.

19 février 1895 - Nomination de la Commission artistique, composée de MM. Paul Bouvier et Aloïs Brémond, architectes, Francs Furet, peintre, et Edmond Fatio, architecte.

16 avril 1895 - Approbation du projet définitif par MM. Stuckelberg, peintre à Bâle, et de Rodt, professeur à Berne, désignés comme experts.

25 juin 1895 - Commencement des travaux de construction.

1er mai 1896 - Remise du Village Suisse, entièrement terminé et habité entre les mains de M. le Président de la Commission nationale de l'Exposition. Ouverture au public.

25 octobre 1896 - Clôture du Village Suisse.

Comme on peut le constater, la conception et la construction du Village Suisse ont été menés très rapidement, moins d'un an pour la construction, et seulement 16 mois depuis la présentation du rapport préliminaire jusqu'à l'ouverture... on ne pourra pas dire que les suisses sont lents !


Description du Village Suisse :

La superficie occupée par le Village Suisse a été de 23 191 m², et ses constructions comprenaient 56 maisons ou chalets (authentiques ou en staff), 3 fermes ou étables, une église et 18 mazots authentiques.

La montagne avait une hauteur de 40 mètres, et la cascade un débit de 166 litres par seconde, soit environ six millions de litres par jour de 10 heures.



Les bâtiments étaient occupés par 47 locataires, sur lesquels 33 représentaient les principales industries domestiques suisses.

Le Village comprenait en tout 353 habitants, portant, pour la plupart, les divers types de nos costumes nationaux.

La Police était confiée à un corps de 22 hommes, sous le commandement d'un brigadier-chef et de deux sous-brigadiers.

Le Service de contrôle des entrées était rempli par 13 contrôleurs et 11 caissières, et un bureau de vente organisé par la Commission du Village Suisse, occupait 9 vendeuses, sous les ordres d'une Directrice.

En chiffre ronds, le nombre total des entrées a été de 1 100 000 (en 6 mois), la journée la plus faible de 500, et la plus forte de 40 000 (jour de clôture).



lundi 13 janvier 2014

LYON, CENTRE DU MONDE ! le catalogue...

L'Exposition internationale urbaine de 1914

Le Catalogue de l'Exposition :

Ouvrage de synthèse et richement illustré, le catalogue suit le parcours de l’exposition tout en lui apportant des regards et des analyses plus spécifiques.

Il comprend une trentaine d’articles rédigés par des universitaires, des conservateurs mais aussi des historiens. Accessibles à tous, ils permettent aux lecteurs une compréhension agréable des enjeux européens de l’Exposition internationale urbaine de 1914.

Sont abordés l'histoire, l'architecture et l'urbanisme, la santé publique, l'enseignement, l'industrie (soierie, chimie, imprimerie, horticulture, automobile, cinéma...), le patrimoine, les beaux-arts et les arts décoratifs. Plusieurs chapitres sont consacrés aux nouveautés introduites alors, comme les théories hygiénistes dans la ville moderne de ce début du siècle.

Les spécialistes trouveront une synthèse de la période et pourront également se tourner vers la publication de la Rencontre de Gadagne dédiée, le 30 janvier 2014 aux sciences de gouvernement, inscrivant Lyon dans une perspective européenne. Rencontre placée sous la direction scientifique de Renaud Payre.

Lyon, centre du monde !
28 auteurs - 336 pages, édité par Fage Editions
En vente à la Boutique Gadagne - 35 euros.

http://lemog3d.blogspot.fr/2013/11/lyon-centre-du-monde-lexposition.html


lundi 6 janvier 2014

Pour une bonne année 2014... au coeur des Expos !

Après une année 2013 riche, entre autres grâce dernières joutes des candidatures pour l'Expo 2020, il est temps de fêter la nouvelle année 2014, de vous la souhaiter encore meilleure, avec beaucoup de joie, de bonheur, de santé, et de réussite.

En terme d'Exposition du passé, 2014 nous permettra de fêter quelques centenaires d'Expositions, comme celui de l'Exposition internationale urbaine de Lyon, dont une exposition est en cours aux Musées Gadagne de Lyon, jusqu'en avril prochain (l'image ce-dessous est extraite du projet de film 3D qui y est présenté).

En 1914, il y avait également l'Exposition Suisse de Berne, une Exposition d'industrie du Livre et des Arts Graphiques à Leipzig en Allemagne, et l'Exposition de Gênes en Italie...

Et en ce qui concerne les Expositions futures, nôtre intérêt va croissant en direction de Milan, dans à peine plus d'un an s'ouvriront les portes d'EXPO 2015 Milano, pour une durée de 6 mois... arrive à grand pas également l'Exposition horticole d'Antalya en 2016, qui sera suivie l'année suivante par Expo 2017 Astana au Kazakhstan... et il sera temps de penser aux futurs candidats, pour les Exposition des années 2022-2023... et 2025 ! De quoi s'occuper encore, et de se passionner pour ces nouvelles candidatures et leurs projets... et nous serons déjà en 2020, pour l'Exposition universelle à Dubaï.


mercredi 11 décembre 2013

Expo 2017 Astana a remis son dossier de reconnaissance au BIE

Le 10 décembre 2013, S. E. M. Nurlan Danenov, Ambassadeur de la République du Kazakhstan en France, a remis le dossier de reconnaissance de l'Expo 2017 au Secrétaire Général du BIE, M. Vicente Gonzalez Loscertales.


Le dossier de reconnaissance est la première étape dans l'organisation d'une Expo après l'élection du pays hôte par les Etats Membres du BIE. Il joue un rôle très important dans le processus puisqu'il officialise le projet qui a été soumis par le pays lors de la campagne de candidature et présente en détails tous les aspects du projets, depuis les mesures législatives et financières jusqu'au master plan et au post-expo.

Le Secrétaire Général du BIE a félicité les équipes d'Expo 2017 pour leur professionnalisme et leurs efforts. « Ce dossier de reconnaissance est le fruit d'un travail bien fait. Les équipes se sont très rapidement organisées après le vote et ont travaillé très efficacement »


Il appartient maintenant au BIE d'examiner le dossier afin de s'assurer qu'il soit conforme aux régulations de l'organisation. Le Bureau devrait ensuite reconnaître officiellement le projet lors de l'Assemblée Générale de Juin 2014.

Une Expo qui laissera sa trace au Kazakhstan

Expo 2017 Astana sera la première Expo en Asie Centrale, sortant ainsi de l'aire de jeu historique des Expos. Pour le Kazakhstan, cet événement aura rôle important dans le développement de la région. Le thème de l'Expo « Energie du futur » s'inscrit dans la stratégie de développement du pays vers l'Economie Verte. « L'Expo va nous aider à changer la base de notre économie » a expliqué S.E. M. Nurlan Danenov.



Source BIE http://www.bie-paris.org/

jeudi 28 novembre 2013

Expo 2020... Dubai !


Félicitations à l'équipe d' Expo 2020 Dubai, UAE !

Hier en fin d'après-midi, les votes des pays membres du Bureau International des Expositions ont désigné les Emirats Arabes Unis comme pays hôte de l'Exposition universelle de 2020 à Dubaï sous le thème "Connecter les Esprits, créer l'Avenir".

Premier tour :

Deuxième tour :

Troisième tour :

Comme on peut le constater, c'est un résultat sans appel. Résultat somme toute prévisible. Il faut dire que Expo 2020 Dubai a mis toutes les chances de son côté, ne ménageant ni ses efforts, ni son argent, pour obtenir ce "droit à l'Expo" ! Et ça a fonctionné !
On peut regretter que la Turquie ne se soit pas retrouvée en finale contre Dubaï. En effet, la ville d'Izmir présentait sa candidature pour la seconde fois, une équipe sympathique, honnête et très dynamique, avec le thème particulièrement intéressant de la santé pour tous. Ce fut donc la candidature russe qui face à Dubaï pour ce dernier tour, une candidature forte malgré un certain manque de confiance et d'honnêteté. Quant à Sao Paulo, ça aurait pu être l'opportunité de voir pour la première fois une Exposition universelle en Amérique du Sud. Hélas, un score assez bas qui s'explique simplement, un démarrage de candidature plutôt tardif, un manque d'énergie, de communication, et localement, un manque de soutien. On peut dire que c'était un peu trop tôt peut-être.
Quoi qu'il en soit, rendez-vous dans 7 ans à Dubaï !

En attendant EXPO2020, ci-dessous, quelques photos de la soirée ayant suivi les votes, pour fêter cette victoire de Dubaï !

Dubai EXPO 2020 Ambassadors

HH Sheikh Abdullah bin Zayed bin Sultan Al Nahyan.

Eenas El Sheakh (Expo 2020 Dubai Ambassador)... the face of the victory... so happy !