mardi 20 janvier 2015

Le Japon à l'Exposition universelle de 1900 à Paris


Le pavillon du Japon ne se trouve pas dans les pavillons officiels de la Rue des Nations sur les berges de la Seine, mais occupe dans le bas des jardins de gauche, en descendant les pentes du Trocadéro, un espace important dans lesquels plusieurs pavillons constituent une véritable petite cité japonaise.


La construction principale est une intéressante reconstitution de la célèbre pagode de Kondo à Nora, dont l'architecture remonte au VIIe siècle de notre ère.
Construit en bois, à deux étages, la toiture retroussée aux angles, des balcons d'un rouge sang dragon faisant saillie sur le mur jaune d'or fleuri de lotus à son soubassement, égayé d'un vol d'oiseau dans la partie intermédiaire et couronné dans sa partie haute par une frise aux nuageux profils féminins, ce pavillon évoque une délicieuse vision de Pierre Loti.

Il abrite le musée impérial avec les plus rares pièces de l'art japonais.



Un bazar et une série de petits pavillons, entre lesquels court un ruisseau, s'étagent alentour. La serre et le jardin réunissent les plus magnifiques spécimens de l'horticulture exotique et nous révèlent des procédés de jardinage et de culture artificielle du plus haut intérêt.

Le thé et le vin de riz Saké ont chacun leur pavillon, vers lesquels s'empressent les dégustateurs.

jeudi 15 janvier 2015

EXPO 2015 MILANO... Le BLOG !

Vous l'avez certainement remarqué, sur le Blog LeMog3D, peu ou pas d'informations à propos d'EXPO 2015 Milano...
c'est normal, un autre BLOG est totalement dédié à ce prochain événement planétaire à Milan :

http://expo2015-milano.blogspot.fr/

mardi 13 janvier 2015

Le Pavillon de Monaco à l'Exposition des Arts décoratifs de 1925 à Paris

Pavillon de la Principauté de Monaco - Julien Médecin, architecte - H. Février et J. Bouchon, décorateurs.

La Section Monégasque

Le pavillon national de la principauté de Monaco s'élève entre ceux de l'Autriche et de la Suède, dans les Champs-Élysées, au bord de la Seine. Son architecte, M. Médecin, lui a donné des lignes très simples, que n'inspire à proprement parler aucun caractère local. Néanmoins, par toutes sortes de détails ingénieux, il a su créer une atmosphère très significative.

C'est la côte méditerranéenne, avec sa pure lumière et son ardente végétation, c'est la mesure latine et c'est aussi l'élégance moderne de la résidence de luxe qu'évoque, pour le visiteur le moins prévenu, ce minuscule palais.

D'abord tout à l'entour s'allongent des plates bandes où, parmi les rocailles, le cactus et le figuier de Barbarie hérissent leurs dards, à côté de l'aloès, du yuca, et de l'agane. Et puis, sur la façade,  au-dessus de trois hautes portes en fer forgé d'Edgar Brandt, des sgraffittes de Joseph Bouchon figurent en leurs images largement tracées les fleurs de la Côte d'Azur et ses beaux fruits devant la mer aux flots paisibles.

Trois marches de marbre blanc et un perron aux dalles irrégulières bordé de grands vases de terre cuite de Laurent Saissi conduisent à l'intérieur. Des artistes et des artisans monegasques ou qui se sont fixés là-bas en ont réalisé la décoration.

Intérieur du pavillon de Monaco - J. Médecin, architecte - H. Février et J. Bouchon, décorateurs.



La salle principale, abondamment éclairée par un plafond vitré et par de larges baies latérales, voilées de soie bouton d'or, est toute revétue de reliefs de Chiavacci où sont stylisés les jeux des sportifs en villégiature, sur le dallage de marbre gris s'érigent deux curieuses vitrines ovales de Mugetti dont le corps pesant en chêne ciré dessine une série de courbes où s'inscrivent, à mi-hauteur, d'étroites niches triangulaires aux parois dorées.

Là reposent, protégés par des glaces, des flacons d'essences précieuses, des poteries discrètement colorées de Gaston Delapard, des bijoux finement oeuvrés d'Henri Dubret.

Au fond s'ouvre un petit salon qui, du sol au plafond, s'orne d'une fresque de Wéry. Librement, avec une verve réjouissante, le peintre a laissé courir son pinceau sur l'enduit, Il en est résulté des compositions harmonieuses aux tons chaleureux et qui célèbrent elles aussi le. pays du soleil: paysages méridionaux, maisonnette blanche, ciel bleu, amples feuillages, couples enlacés.

vendredi 9 janvier 2015

Déjà 1000 articles !!! lemog3d.blogspot.fr

Le temps passe vite sous les cieux des Expositions universelles, qu'elles soient d'hier, d'aujourd'hui, ou de demain.

Ce blog, passionné, mis-à-jour par un passionné, et pour des lecteurs passionnés je l'espère, ou plutôt curieux de tout ce qui touche le large domaine des Expositions universelles, n'est pas le premier.

En effet, c'est en 2006, à l'époque de mes premiers projets de reconstitutions en 3D de l'Exposition de 1900, que j'ai mis en ligne un blog qui permettait d'en apprendre un peu plus sur cette Expo, et de suivre au jour le jour la construction des différents pavillons en images de synthèse.
Suite à des problèmes techniques avec l'hébergeur de l'époque, j'ai dû mettre en ligne un second blog en 2009, celui que vous avez le plaisir de suivre, ce dont je vous remercie !
Les sujets abordés se sont diversifiés, s'intéressant à toutes les Expositions françaises, puis par la force des choses, à toutes les Expositions de la planète... des Expositions du passé, à celles d'aujourd'hui... et en suivant également de très près, les nouvelles candidatures pour celles à venir !
...sans parler des nombreux sujets connexes.

A bientôt pour de nouvelles aventures... au pays des Expositions universelles...
Merci à vous toutes et tous !


Pour rappel, ce blog n'est pas le seul, vous pouvez également suivre l'actualité et l'histoire de ces Expos ou Futures Expos :

jeudi 8 janvier 2015

La Liberté à Paris... Exposition universelle de 1878... ‪

#‎JeSuisCharlie‬


Exposition universelle de 1878 à Paris - Champ de Mars

Statue monumentale de la tête rayonnée de la République.

Cette tête est celle de la gigantesque statue que la France envoie à la République américaine, pour servir de phare monumental à l'entrée de la rade de New-York.

Offerte par le peuple français pour célébrer le centenaire de la Déclaration d'indépendance américaine, cette statue d'Auguste Bartholdi est également le symbole de la liberté et de l'émancipation vis-à-vis de l'oppression.

mardi 30 décembre 2014

L'Autriche... à l'Exposition universelle de 1900 à Paris


Le pavillon autrichien couvre une superficie de 654 mètres carrés. Il a été construit d'après les plans de l'architecte en chef du commissariat général de l'Autriche, le conseiller L. Baumann, dans le style dit "Baroque Viennois", qui fut porté à sa perfection par le célèbre Fischer von Erlach, au XVIIIe siècle.

Tout en étant, comme ensemble, une libre composition, l'édifice nous montre en toutes ses parties des motifs, rappelant les plus remarquables spécimens du genre : le Palais de la Cour impériale, l'Université ancienne de Vienne, etc.


A l'intérieur, à droite de l'entrée principale se trouve la salle de réception richement installée et destinée à recevoir les membres de la famille impériale, et surtout le haut protecteur de la participation de l'Autriche à l'Exposition, l'archiduc François-Ferdinand. Le palais contient en outre, au rez-de-chaussée, l'exposition de la Ville de Vienne, celle de la Presse autrichienne avec salle de lecture, et l'exposition collective des eaux minérales et stations balnéaires en Autriche.

Au premier étage, une partie de l'exposition d'art autrichien, une exposition ethnographique et de paysages de la Dalmatie, l'exposition des postes et télégraphes et le bureau du commissaire général.

Les chorales de Vienne donnent des concerts dans le pavillon impérial.

Au sous-sol, une exposition de la banque Imp. Roy. priv. des pays autrichien, et une dégustation de bière viennoise de la célèbre brasserie Dreher.

Commissaire général : M. Exner.
Commissaire adjoint : M. Max Boyer.


mercredi 17 décembre 2014

Mutinerie au pavillon de l'Asie Russe de l'Exposition de 1900 à Paris


On sait que les travaux du pavillon russe pour l'Exposition de 1900 sont exécutés par des ouvriers russes en costume national.
Ces ouvriers ont été accueillis dès le premier jour avec beaucoup de sympathie, par la population parisienne.
On venait les voir travailler avec une affectueuse curiosité. Ils étaient habillés avec des blouses de couleur et un large pantalon enfoncé dans de grandes bottes.

Ils sont une centaine et vivent dans des tentes. Jusqu'à présent, il n'y avait rien eu aucune plainte.
Mais fin juillet 1900, les choses se sont gâtées : M. Delamarre avait été chargé d'arrêter un des travailleurs russes, Stephan Goveloff, qui était accusé, paraît-il, d'avoir refusé de travailler et d’incitation à la rébellion.
Quand le magistrat se présenta au chantier, il fut si mal accueilli par la totalité des ouvriers qui défendaient leur camarade qu'il dut partir.



Comme l'homme de loi ne parlait pas russe et que les ouvriers ne comprenaient pas le français, il était particulièrement difficile de s'expliquer. Le commissaire de police dut employer la force.


Le lendemain matin à cinq heures, le magistrat se présentait à nouveau, mais accompagné cette fois d'un grand nombre d'agents de police.

La scène de la veille se renouvela mais de manière encore plus violente. Les agents de police, à qui ont lancé des projectiles variés, dont des marmites, durent dégainer leurs armes pour leur faire peur.
C'est après une véritable bataille que les forces de l'ordre purent emmener Stephan Goveloff et de deux de ses camarades.

Avec l'habitude que l'on a à gonfler le moindre incident, l'affaire a donc été très exagérée. On a ensuite prétendu que l'homme arrêté était un dangereux nihiliste.
Mais la manière bruyante dont l'arrestation a été faite prouva qu'il fallait écarter cette hypothèse.

En effet, la police russe, très habile, très redoutable et aussi très mystérieuse aurait fait preuve de beaucoup plus de discrétion.
Si les agents de l'ambassade russe avaient eu des raisons de vouloir prendre Stephan Goveloff, ils l'auraient fait eux-mêmes, et personne n'en aurait entendu parler.

Le Petit Journal – numéro 45 - Dimanche 6 août 1899

mardi 16 décembre 2014

jeudi 11 décembre 2014

La Principauté de Monaco à Expo'70 Osaka...


Guide officiel Expo'70 Osaka :

La dynastie des Grimaldi qui gouverne la Principauté de Monaco, l'une des plus anciennes d'Europe, est la descendante d'une ancienne famille patricienne de Gênes. Jaloux de leur indépendance, les souverains qui ont succédé au trône de Monaco ont cherché à préserver l'unité de leur pays dans une tradition qui s'est perpétuée depuis le 11e siècle jusqu'à aujourd'hui et est personnifiée par son Altesse, le Prince Rainier III.

Fidèle à cette tradition, mais aussi résolument tourné vers l'avenir, le Prince Rainier est déterminé à donner à son pays la croissance prodigieuse qui en font l'un des plus modernes des Etats, à travers l'urbanisme et le tourisme et par l'expansion industrielle et commerciale.

Le Pavillon de Monaco a été conçu pour illustrer ce double objectif.
Son thème: "Tradition et Progrès"



Vous trouverez dans ce superbe pavillon, à côté de portraits des figures marquantes de la dynastie des Grimaldi, des diagrammes illustrant cette ancienne principauté en avant vers la modernisation.

Une section spéciale présente les réalisations scientifiques du Prince Albert Ier, l'un des initiateurs de l'océanographie.

Un spectacle animé dépeint les activités culturelles et sociales de Monaco, les festivals et événements sportifs, tels que la célèbre course de voitures "Grand Prix" . La Philatélie du pays est présentée aussi; philatélistes peuvent obtenir des timbres émis spécialement pour Expo'70.


Un état toujours jeune, où l'autorité d'un seul homme conserve la liberté de chaque homme, cette principauté millénaire reflète dans son harmonie une des plus anciennes civilisations du monde: la culture méditerranéenne.

lundi 1 décembre 2014

La Tchécoslovaquie à Rio de Janeiro, en 1922




L'Exposition internationale de 1922 à Rio de Janeiro n'est pas la plus connue, mais célèbre un évènement particulier, la commémoration du centenaire de l'indépendance du Brésil !

Cette exposition s'est tenue du 7 septembre 1922 au 31 mars 1923.

14 pays venues de 3 continents ont participé à cette manifestation, dont la Tchecoslovaquie, qui y figurait en bonne place.

Pour la Tchécoslovaquie, il s'agit ici du premier véritable pavillon représentant ce pays dans une Exposition internationale.

Il a été conçu par les architectes Josef Pytlik et Pavel Janak, professeurs à l'Académie des Beaux-Arts de Prague.

Le pavillon est mis en valeur par des lignes exotiques et des décorations extérieures qui s'inspirent des traditions rurales, afin de recréer un style architectural national, et ainsi donner une identité forte au pays.
Il fait partie des plus beaux pavillons de cette exposition brésilienne.

La toiture en verre permet d'éclairer de manière naturelle l'intérieur du pavillon Tchécoslovaque, et de mettre en valeur les produits qui y sont présentés.

jeudi 27 novembre 2014

Une petite visite au pavillon du Bahreïn, à Expo 2010 Shanghai





Le pavillon du Bahreïn était situé dans la Zone A de l'Exposition universelle de 2010 à Shanghai, dans le pavillon Joint Asiatique n°2.

La façade du pavillon est assez classique et se forme en un mélange de modernisme et de traditionnel.

La structure interne du pavillon s'inspire des courbes d'une coquille d'huître, telle une voie fluide qui va guider le visiteur, lors d'un voyage plein de découvertes.

De la culture et de l'histoire jusqu'aux développement contemporain, comment le pays envisage l'avenir ? Des couleurs douces et des présentations intéressantes nous montrent le charme du Bahreïn sous des aspects particuliers.


mercredi 26 novembre 2014

Word Expo Rotterdam 2025 ???

Et une candidature de plus sur laquelle il faudra compter pour 2025 !!!

Paris ? Rotterdam ? Londres ? ... ?

En attendant, nous pouvons jeter un coup d'oeil sur leur site internet, histoire d'en apprendre un peu plus :

What if you could add billions to your GDP by caring for your environment ? World Expo Rotterdam 2025 invites the world's innovators to show how it's done.

http://rotterdam2025.nl/